AOUT 2012

 

 

Grace Medeiros – Montréal / Canada


Il existe de nombreux mythes sur l’origine de la vie et l’au-delà. Quelle est votre point de vue personnel?

 

Les mythes sur l’origine de la vie sont de tous les temps. Ces contes et légendes varient en fonction de la culture dans laquelle ils sont exprimés, mais ils ont en commun de renvoyer à une ère de paix dans laquelle les gens éprouvaient de l’amour les uns pour les autres et où la vie était parfaite. Chaque mythe donne sa propre version de cette ère et souvent le mythe devient une croyance. L’histoire en elle-même a peu d’importance, ce que l’on peut en retenir, c’est que l’amour a été fragmenté, mais que dans le cœur de chaque être vivant il existe un souvenir de ce qu’est l’amour.

 


 

Jose Garcia Lloret – Paris / France


Vous semblez opter pour une société qui favorise le naturel. Pensez-vous réellement que nous pouvons vivre sans règles ni lois?

 

Les lois et les règles sont les formes d’autorités les moins élevées. Les civilisations auxquelles on impose une abondance de lois perdent leur état ​​naturel de simplicité. L’histoire nous apprend que toutes les règles de droit et de bonne conduite ne font que renforcer une autorité. Les gens deviennent alors de moins en moins capables de penser par eux-mêmes. Il est préférable de limiter les lois à un minimum pour maintenir la liberté, aussi bien celle du peuple que la liberté individuelle de chacun.

 


 

Solsiree Catalan – Rancagua / Chili


Nous percevons la vie à travers le monde matériel. Sachant cependant que l’amour transcende l’aspect matériel. L’homme est-il réellement capable de connaître l’amour, ou est-il contraint de recréer perpétuellement de nouvelles illusions fondées sur ce que l’amour devrait être?

 

Le monde matériel est en évolution permanente. Tandis que l’amour est immuable. La vie comme nous la percevons dans le monde matériel est un processus créatif au sein duquel rien n’est permanent. Celui qui désire connaître l’amour, doit donc porter son attention à ce qui est immuable. Cependant, et c’est bien cela qui rend le processus complexe, l’homme expérimente le monde à travers la forme, à travers ce qui est variable. L’amour ne garde jamais la même forme, l’amour pérît dans la matière. A nous donc d’observer au travers de la forme, ce qui est pur et à reconnaître lorsque l’amour apparaît à chaque instant. Il nous est possible d’observer ainsi lorsque l’on se trouve dans un état de conscience sans séparation entre nous et les autres.

 


 

Roula Stavrou – Nicosie / Chypre


Il est clair que nous vivons au sein de l’univers. Mais ne dit-on pas également que l’univers est en nous. Pourriez-vous développer?

 

Plus nous sommes en mesure de comprendre ce que l’homme est réellement, plus nous améliorons notre connexion avec l’univers. Plus nous développons notre intelligence spirituelle, plus nous devenons conscients du fait que tout est connecté et plus l’univers nous paraît intelligent. L’univers nous rend toujours ce que nous lui donnons, même infiniment plus.