MAI 2010

 

 

Michel Pouchard – Lyon / France


Il me parait clair que le recours à la fiction peut s’avérer utile pour l’écrivain philosophe mais ne pensez-vous pas qu’il n’est pas toujours facile pour le lecteur, de transposer le récit fictif à la réalité ?


C’est en tout cas l’exercice auquel je l’invite. Je cherche à captiver le lecteur afin de le rapprocher vers des questions liées à son quotidien, à ses aspirations profondes et donc à sa propre réalité. La distance que je crée par l’espace-temps que j’invente peut lui permettre de laisser libre cours à son imagination et aux possibilités infinies qui s’ouvrent à lui. Cette distance peut donc lui permettre d’avoir une vision plus large de la réalité, de l’encourager à dépasser ses limites et d’accéder à une réalité supérieure. J’oserais même dire qu’en abordant des thèmes centrés sur les révélations de l’imagination et l’émergence spirituelle, j’incite chaque lecteur à comprendre que toutes les frontières qu’il perçoit ordinairement, aussi bien à travers ses réflexions que dans son quotidien, sont arbitraires et finalement illusoires. Ce n’est, selon moi, que lorsque nous arrivons à dépasser cette perception primaire, ce monde des apparences, que nous pouvons avoir accès au sens profond de notre existence et de toutes autres existences.

 



Carole Fisher – Liverpool / Grande-Bretagne


Que dites-vous à ceux qui pensent que la philosophie n’est pas beaucoup plus qu’un passe-temps agréable, qu’elle n’a finalement pas grande influence et qu’elle n’apporte rien de concret comme le font la science par exemple ou la politique ?


Je pense qu’il ne faut pas confondre un enseignement scientifique ou un engagement politique avec une pensée ou un courant philosophique. La science a pour but de produire des connaissances à partir de méthodes d’investigation vérifiables. La politique elle, porte sur les structures et réglementations d’une communauté. La philosophie par contre, est une discipline de réflexion et d’interprétation du monde et de son sens. C’est une discipline qui cherche à contribuer à l’établissement d’un dialogue sur l’essentiel. Alors bien sûr, on peut se poser la question de savoir ce qu’est l’essentiel et tenter d’analyser les éléments concrets qui peuvent le définir, mais il va de soi que ces réponses ne peuvent être que des réponses indirectes. Et c’est justement par son incitation à la déduction qu’une pensée philosophique peut apporter des éléments concrets de réponse. Il en vient donc à chacun, selon ses propres lumières ou aveuglements, d’accorder à chaque pensée philosophique un sens personnel sachant que cela se fera toujours à travers le filtre de ses propres valeurs et de ses propres certitudes.

 


 

Alain Cioran – Bruxelles / Belgique


Voyez-vous votre métier d’écrivain comme une vocation et si oui quand et comment l’avez-vous discerné ?


Je ne pense pas que j’aurais eu le courage et la discipline nécessaire de réaliser ce que j’accomplis depuis plusieurs années maintenant si je n’avais pas ressenti ma démarche comme l’accomplissement d’une mission. Alors, quand et comment l’ai-je discerné ? Tout a commencé par des pressentiments, des signes qui m’ont guidé vers mes aspirations les plus profondes. Ces ressentis étaient d’ordre intuitif, parfois déclenchés par des expériences directes. C’est donc à travers mon intuition que m’a été révélée la voie à suivre, c’est ce guide intérieur qui éclaircit notre chemin en donnant un sens et une raison à chaque moment important de notre parcours. Aujourd’hui cette vocation est démontrée par des exemples vivants. Comment expliquer autrement qu’en ce moment mon travail soit traduit dans plus d’une quinzaine de langues, par près d’une centaine de traducteurs et linguistes professionnels à travers le monde entier… travaillant tous de manière bénévole ? Par amitié peut-être? Au moment de ma demande, je ne connaissais aucun des traducteurs ! Est-ce dû à ma réputation ? Il s’agit de mon premier manuscrit ! A mes qualités littéraires ? Je n’avais aucune expérience dans le domaine ! Dans un but lucratif ? Egalement fort improbable puisque les textes traduits sont disponibles gratuitement sur mon site. A méditer ? Sans aucun doute, comme beaucoup de choses dans la vie.