MAI 2011

 

 

Dima Al Munajed – Damas / Syrie


Ne craignez-vous pas que l'universalisme auquel vous aspirez nous mènerait finalement vers une philosophie globale et unique qui supprimerait la diversité colorée de notre monde ?

 

L'universalisme n'est pas un mélange de toutes les cultures pour en faire une seule culture. Ces tentatives sont faites assez couramment mais ne donnent rien de plus que de nouvelles formes de mélange multiculturel. L'universalisme est un concept qui réunit toutes les cultures sous un modèle dans lequel elles peuvent se compléter et au sein duquel leurs valeurs et leurs lacunes peuvent être mises en évidence. Pour atteindre cet objectif nous devons trouver un modèle de réconciliation qui regroupe toutes les qualités humaines. Nous pourrons ainsi nous rendre compte des grandes valeurs et des lacunes de chaque culture, y compris celles de notre propre culture. Il nous faudra donc un certain courage pour oser lâcher nos petites certitudes en échange de quelque chose de nouveau, c’est la seule façon de donner naissance à une civilisation universelle. C’est la meilleure et peut-être même l’unique solution si nous voulons que le monde cesse de souffrir de la médiocrité et de l'intolérance.

 


 

Gavin Ho – Hong Kong / Chine

 

Vous parlez d’une sensibilité unique de chaque personne. Mais peut-on parler d’unicité si l’homme ne possède pas de soi permanent ?

 

Cette question est posée depuis des siècles et y répondre ne semble pas chose aisée. Voici une modeste tentative : si nous faisons une analyse profonde de notre personne, nous nous apercevons que nous sommes composés d’un grand nombre de fractions. Et même si ces différentes parties créent ensemble une image de nous-mêmes comme étant une entité, nous avons chacune de ces parties en commun avec d’autres. Peut-on dès lors parler d’unicité ? Oui, car chaque personne n’est une composition unique (en soulignant composition unique) de différentes parties enveloppées temporairement par un corps agissant en tant qu’entité.

 


 

Angelique Smol – Rotterdam / Pays-Bas


Comment percevez-vous les grands problèmes de ce monde ? Que pensez-vous des organisations proposant de nouvelles alternatives ? Quels mouvements soutenez-vous ?

 

La mondialisation et les changements fréquents de notre époque poussent beaucoup de gens à rechercher de nouvelles certitudes. Il est donc logique que cela donne naissance à de nombreux mouvements offrant des alternatives. La société moderne a tendance à créer toujours plus de lois et à placer toute authenticité vitale dans des modèles législatifs. Cela rend la société complexe et réduit notre liberté. Il est bien plus intéressant de promouvoir la conscience sociale si l’on veut acquérir une compréhension mutuelle entre les peuples. Je félicite donc tout engagement et encourage toutes initiatives fournis par des individus ou par des organisations motivés par la sagesse et par la compassion. Je tente moi-même de toujours garder un aperçu intellectuel et rationnel sur les causes réelles des grands problèmes mondiaux. Cette approche me permet de mieux distinguer les vrais problèmes de la propagande et du sentimental, mais elle me permet également d'être précurseur. En outre, cette approche me permet d’entrevoir des solutions réalistes et pragmatiques aux problèmes majeurs de notre planète.

 


 

Tariq Omer – Khartoum / Soudan

 

Pensez-vous qu’il est possible que nous puissions un jour nous libérer de toutes formes de discrimination raciale ?

 

Le racisme est une idéologie qui est promue dans le but d'entretenir un concept politique ou culturel spécifique. L’acceptation du terme « race » joue un rôle important dans le maintien des structures dominantes. C’est une idéologie qui permet l’inégalité sociale, l'exclusion et la rivalité des classes et qui empêche de voir les réels facteurs sociaux qui sont à la base des différences. Lorsque l'inégalité sociale et l'oppression ont une légitimité politique et culturelle, les groupes définis par des caractéristiques raciales sont alors identifiés comme la cause présumée d’une problématique économique, sociale ou autre. Les problèmes raciaux disparaîtront logiquement lorsque l'humanité se sera rendu compte que les races humaines sont une invention qui n’a aucune base fondée et que nous faisons tous partie du même peuple.