MARS 2010

 

 

Oksana Elpaeva – Saint-Pétersbourg / Russie


Une question intéressante d’Oksana Elpaeva, originaire de Saint-Pétersbourg et traductrice de la version russe. Dans mes écrits, il est souvent question d’un ordre universel. Elle me demande ce que j’entends par cet ordre.


Je dirais que là où beaucoup voient le hasard et le chaos, moi je vois une signification et un ordre reliant chaque moment et chaque situation. L’ordre universel est un ordre que l’on découvre dans de nombreuses dimensions, à beaucoup de niveaux différents et à des échelles parfois difficilement imaginables. La découverte de cet ordre nous aide à mieux comprendre les événements même si je n’entends pas par là que l’on peut ainsi tout clarifier. Au contraire, je pense que l’on ne doit jamais éliminer le mystère car il encourage la remise en question. Pour moi, c’est une preuve de sagesse mais aussi d’humilité que d’admettre que si l’on ne saisit pas toutes les dimensions venant structurer le monde dans lequel on vit, c’est à cause des limites de notre esprit et non des limites de l’ordre régnant dans l’univers.

 


 

Jean-Marc Courtois – Lille / France


Jean-Marc Courtois, résidant à Paris, étudie les différentes significations que l’on donne à l’intuition. Vu que je parle de force intuitive, il voudrait savoir en quoi l’intuition peut s’avérer une force.


De ma propre expérience, j’ai appris que lorsqu’on s’engage à être suffisamment à l’écoute de notre intuition on arrive graduellement à établir une correspondance avec ce guide intérieur. Les enseignements que l’on en déduit peuvent nous permettre un changement de regard, susciter une autre écoute ou orienter un questionnement, afin de pouvoir révéler des aspects insoupçonnés de notre existence. Ces enseignements nous aident à rassembler des indications nécessaires à notre croissance et à l’accomplissement de notre destinée personnelle. L’intuition est donc une force en ce sens qu’elle nous encourage à suivre l’appel intérieur d’une orientation vers une vie riche et satisfaisante permettant de réaliser pleinement notre potentiel créatif.

 


 

Juan Ramón García – Séville / Espagne


Juan Ramón García, de Séville, a beaucoup apprécié la lecture de «La Légende d’un Nomade». Il se pose la question de savoir s’il faut catégoriser ce livre en tant que roman philosophique ou plutôt comme roman spirituel.


C’est avant tout un roman philosophique, mais on peut également lui attribuer la dénomination de roman spirituel. La philosophie est une tentative de comprendre le monde. La spiritualité par contre est plus une tentative de révélation. «La Légende d’un Nomade» réunit ces deux exercices, c’est un livre qui parle tant à notre esprit rationnel qu’à notre sensibilité profonde.

 


 

Eline Hoskens – Anvers / Belgique


Eline Hoskens vit à Anvers et est elle-même auteure. Elle me dit avoir été fort touchée par la pensée positive de ce roman et me demande ce que, selon moi, est la raison majeure de l’optimisme qui ressort de ce livre.


Je pense que ce roman met en avant plusieurs facettes contribuant à ce qu’il se lise comme un message d’espoir. Sans vouloir citer toutes ces facettes, j’avancerais que le thème central traite de la force intuitive, une force que chacun de nous possède et qui demande à être déployée. J’ajouterais que l’histoire traite de la question de la destinée personnelle, un sujet qui pousse le lecteur à une réflexion sur son existence et à un examen de son avenir. Plus concrètement, et cela réunit les deux points que je viens de citer, je dirais que ce qui émane peut-être le plus ce livre est la confiance que les personnages principaux ont en leur potentiel unique. Ils ne se contentent pas de la vie banale et quotidienne qu’ils ont, mais sont à l’écoute de leur intuition, ce qui les mène à faire une multitude de rencontres providentielles. Je pense que cette approche est pleine d’espoir et d’optimisme, elle encourage le lecteur et l’incite à vouloir également développer au mieux son propre potentiel unique.