SEPTEMBRE 2011

 

 

Arne Gaarder – Oslo / Norvège


Que signifie le mot « Dieu » pour vous ?


Le terme « Dieu » réfère à quelque chose d’indicible, aucune interprétation ne peut réellement révéler son vrai sens. Étant donné l’abus et le mauvais usage que l’on en a fait pendant des milliers d'années le mot « Dieu » a perdu presque toute sa signification. Le terme qui y réfère encore le mieux est « le mystère ». En utilisant ce terme lorsque nous nous référons à Dieu, nous gardons à l'esprit que nous faisons référence à quelque chose qui dépasse l'intellect. Je laisse moi-même une grande place au mystère dans ma vie, ne fusse que pour garder l’humilité nécessaire afin de rester réceptif à l'inspiration juste. Celui qui ne laisse aucune place au mystère suppose que son intellect est capable de comprendre toute chose. Il se ferme ainsi à tout type de source d'inspiration divine et s'identifie uniquement avec sa pensée. C'est de là que naissent les illusions, les concepts, les théories, les doctrines et les jugements empêchant toute relation véritable et sincère, aussi bien avec notre prochain qu’avec « Dieu ».

 


 

Yash Voltory – Port Louis / Ile Maurice


Il y a tant à apprendre des peuples soi-disant primitifs, en particulier lorsqu’il s’agit de leur relation avec la nature. Étant donné l’arrogance des peuples soi-disant développés, c’est tout un savoir qui se perd. J'aimerais connaître votre opinion à ce sujet.


Je comprends votre frustration et ne peut être qu’en accord avec votre point de vue. Cette situation est regrettable et ce comportement a déjà été responsable de maintes pertes de savoirs importants. La diversité biologique que l'on discerne dans la nature trouve une continuation dans la diversité culturelle des peuples. Le maintien de cette diversité pourrait s’avérer être bien plus important que l’on ne le pense, aussi bien pour la conservation de l'environnement que pour l'avenir de notre espèce. Il existe au sein de ces peuples une multitude de facettes culturelles qui sont encore loin d’être entièrement connues et comprises. En ces temps où l’on parle de perte des valeurs et de dommages naturels graves, ces cultures nous apportent d’importantes indications qui nous permettraient de créer de nouvelles cultures au sein desquelles on retrouverait plus de sens et plus d’ordre et où chaque être  pourrait espérer un meilleur avenir.

 


 

Jenny Lopez Beltran – Ciudad Obregón / Mexique


Lorsque vous écrivez, apportez-vous de nouvelles idées sur la vérité universelle ?

 

Il n’existe aucune vérité universelle qui ne réside pas déjà au sein de chaque cellule dans chaque être humain. Lorsque, suite à la lecture de mes écrits ou d’autres, le lecteur accède à une meilleure compréhension de la ou des vérités universelles, il ne perçoit rien d’autre qu’un sentiment de reconnaissance de quelque chose qui existe déjà en lui. Lorsqu’il s’agit de la réalité divine, une nouvelle idée ne peut jamais être réellement nouvelle, qu’importe le cheminement qu’elle suit avant d’apparaître. Elle n’est rien de plus qu’une remémoration de quelque chose qui est apparemment oublié, un souvenir capable de provoquer un changement de conscience et de pensée.

 


 

Anupama Garg – Kanpur / Inde


Les pratiques chamaniques, du moins les rituels méritant cette appellation, sont des expressions de la culture spécifique à laquelle les chamanes appartienent. Ils semblent pourtant tous avoir des pouvoirs leur permettant d’accéder à des états de conscience similaires. Comment peut-on expliquer cela ?


J’aimerais d’abord définir le terme "chamane" et "chamanisme". Ces termes sont aujourd’hui sur le point de perdre leur valeur, car ils sont souvent employés pour désigner des praticiens et des rites absolument différents les uns des autres. Les chamanes sont des personnes conscientes d’un monde complexe, intelligent et intemporel qui n’est pas directement accessible à tous. Ce monde n’est pourtant pas complètement différent de la réalité quotidienne, car il recouvre partiellement le monde ordinaire, ce qui rend ces deux mondes interdépendants. En utilisant certaines techniques, le chamane est capable de faire voyager une partie de son être dans cet autre monde. La description de cet autre monde et les techniques utilisées pour y accéder peuvent différer mais on constate en effet principalement beaucoup de similitudes entre les différents rites. Notamment l'utilisation des tambours mais aussi la danse, le jeûne, la sueur, la méditation et parfois l'utilisation de plantes hallucinogènes. Il est important de savoir que lorsque le chamane entre en transe, il oublie son histoire personnelle et donc également ses limites culturelles. Il atteint ainsi un état de conscience dans lequel il perçoit des énergies invisibles à l’œil et, selon son courage et sa persévérance, un nouveau chemin de connaissance peut s’ouvrir à lui.